Les risques à faire appel sont limités. Si seul le condamné fait appel, il ne pourra pas être puni plus sévèrement.

Le seul risque sera financier, car en cas d’échec de l’appel l’appelant pourra se voir condamné au paiement des frais de la procédure d’appel, voire aux frais d’avocat de la partie plaignante lorsque celle-ci est assistée.

On peut encore souligner une dernière particularité. En effet l’appel du condamné peut traduire de sa part une absence de prise de conscience des infractions commises, ce qui peut conduire l’autorité d’appel à retenir un pronostic défavorable et à lui refuser un éventuel sursis.

Trouvez plus d’informations sur ce thème sur notre page vos droits ou contactez l’un de nos avocats.

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire